Un ancien ingénieur révèle le secret de 10 ans de la puce Apple M1

Un ancien ingénieur révèle le secret de 10 ans de la puce Apple M1

par Yohann Poiron le 08/01/2021

Des rumeurs sur l’abandon des processeurs Intel par Apple existaient déjà depuis des années avant qu’Apple n’annonce sa décision en juin 2020. Mais selon un ancien ingénieur d’Apple, la société a fait des progrès dans ce domaine bien avant que la plupart des gens ne s’en rendent compte.

Dans un fil de discussion détaillé sur Twitter, Shac Ron, qui a travaillé comme ingénieur senior chez Apple de 2007 à 2017, a fait la lumière sur l’histoire de la puce M1 et les efforts d’Apple pour développer sa propre alternative aux processeurs Intel. Le fil de discussion est né en réponse à un tweet de David Kanter, expert en machine learning, qui affirmait que les performances de la puce M1 étaient bien plus liées à son cache qu’à son architecture.

En réponse, Ron a expliqué que Apple a commencé ses travaux sur ce qui allait devenir le M1 il y a dix ans, en 2010, lorsqu’elle a contacté ARM pour la mise au point d’une architecture de jeu d’instructions 64 bits (ISA) personnalisée. À ce stade, selon Ron, ARM n’avait même pas terminé la conception de sa propre puce de base qu’elle allait concéder sous licence à des tiers.

Ron a ajouté que lorsque Apple a lancé cette puce 64 bits — le Apple A7 en 2013 pour l’iPhone 5S — ses rivaux Samsung et Qualcomm ont été pris au dépourvu par ses performances. Le A7 a été le premier système sur puce (SoC) 64 bits à être lancé dans un smartphone grand public, et Apple a affirmé à l’époque qu’il était deux fois plus rapide et offrait des performances graphiques deux fois supérieures à celles de son prédécesseur, le A6.

Ron a ajouté davantage de détails, affirmant que l’insistance d’Apple sur une architecture « OoO » (out-of-order) très efficace avec des horloges réduites et la possibilité d’ajouter de plus en plus de cœurs aux puces a donné un avantage à la société. En effet, Ron affirme ensuite que « les performances du M1 ne sont pas dues à l’ARM ISA, l’ARM ISA est due aux plans de performance des cœurs d’Apple il y a dix ans ».

Apple attend toujours que la technologie soit mûre

Le fil de discussion est éclairant, car il montre à quel point Apple était en avance dans l’organisation de son changement de processeur. Apple planifie souvent des changements majeurs des années à l’avance — l’iPad était en cours d’élaboration en 2004 au plus tard, six ans avant son lancement — et est très heureux d’attendre que la technologie soit prête avant de lancer un produit.

Étant donné les performances exceptionnelles du M1 dans les derniers modèles de MacBook Pro et MacBook Air, on peut dire que l’attente en valait la peine.