Steve Jobs prévoyait de mettre des puces Intel dans l’iPad et l’iPhone

Steve Jobs prévoyait de mettre des puces Intel dans l’iPad et l’iPhone

par Yohann Poiron le 17/10/2020

Même si le co-fondateur et ancien PDG d’Apple, Steve Jobs, a eu des problèmes avec Intel, il a quand même envisagé, à un moment donné, de mettre des puces Intel dans la gamme d’iPad. Cette information intéressante a récemment fait surface dans la biographie de Walter Isaacson sur le génie d’Apple, Steve Jobs.

Apple a commencé la gamme iPad avec le lancement du premier iPad en 2010. Depuis lors, le géant de Cupertino a fabriqué plusieurs itérations et générations d’iPad. Cependant, aucun de ces appareils n’est jamais sorti sans un processeur Apple à l’intérieur.

Aujourd’hui, si les choses se passaient un peu différemment, en plus d’alimenter toute la gamme des produits Mac, les puces Intel auraient pu alimenter les iPad ou même les iPhone. « Au début, nous faisions des choses merveilleuses ensemble. Ils voulaient que ce grand projet commun fasse des puces pour les futurs iPhone », a déclaré Steve Jobs, tel qu’écrit par Isaacson, comme le souligne PCMag.

Il mentionne également que lorsque le premier iPad en était à ses débuts, Jobs prévoyait d’utiliser la puce « Intel Atom » pour alimenter les tablettes. Cependant, l’un des principaux dirigeants d’Apple à l’époque, Tony Fadell, était contre cette décision du PDG. Fadell, l’homme qui a contribué à la naissance du premier iPod, ne voulait pas d’un processeur provenant d’un fabricant tiers comme Intel. Il a plutôt suggéré de produire ses propres puces pour les appareils mobiles.

En conséquence, le fabricant d’iPhone a acquis deux sociétés de développement de puces, PA Semi et Intrinsity, pour produire leurs propres SoC. Suite à ces acquisitions, la société a développé la puce Apple A4, qui a alimenté la première génération d’iPad, et plus tard, la puce A5.

Des puces pas adaptées

Dans sa biographie, Steve Jobs explique sa décision de ne pas utiliser de puces Intel pour ses appareils mobiles. Selon lui, « Il y avait deux raisons pour lesquelles nous n’avons pas choisi ces puces. La première était qu’elles sont très lentes. Elles sont comme un bateau à vapeur, pas très flexible. Nous sommes habitués à aller assez vite. La seconde est que nous ne voulions pas leur apprendre tout ce qu’ils pouvaient aller vendre à nos concurrents ».

Il a également critiqué les puces Intel, disant que leurs « graphiques sont nuls » et que les processeurs ne sont pas à la hauteur de leurs propres jeux de puces A4 ou A5.

Aujourd’hui, si Jobs avait été en vie, il aurait complètement soutenu la décision de passer à des puces internes pour leur gamme de Mac. De cette façon, Apple n’a pas besoin de dépendre de fabricants de composants tiers pour les puces de ses appareils.